Liste des auteurs

Article de Nathalie RAULIN paru dans Libération le 12 septembre 2006

Suez-GDF : en attendant la rue

mardi 12 septembre 2006 par Nathalie RAULIN
Débat au ralenti à l’Assemblée, alors que les syndicats organisent une journée d’action.

Donner du temps à la rue. Alors que les fédérations CGT, FO, CFTC CFE-CGC de l’Energie organisent aujourd’hui une journée d’actions contre la privatisation de GDF, l’Assemblée a poursuivi hier avec une lenteur étudiée l’examen du projet de loi Energie. ??C’est une journée importante pour que l’opinion prenne la mesure des enjeux ??, veut croire le d ??put ?? PS François Brottes (Isère). Après l’organisation d’un référendum interne ?? GDF jeudi (94 % de non), les syndicats entendent démontrer la détermination des agents et des usagers ?? agir ensemble pour mettre en échec le projet de loi gouvernemental ??.

Démission du politique ?. Bien que s’étant désolidarisée du mouvement, la CFDT n’est pas restée les bras ballants. Le syndicat a repris contact hier avec les groupes parlementaires PS et UDF (l’UMP n’a pas donné suite). « Comme les autres, nous sommes hostiles à la privatisation de GDF, mais nous ne voulons pas d’un rapprochement de GDF et d’EDF qui risque de tourner au gâchis social », explique Patrick Pierron, secrétaire général de la fédération CFDT Chimie Energie : « Nous militons pour des prises de participations croisées entre Suez et GDF. Le gouvernement n’en veut pas parce que les patrons des deux entreprises n’en veulent pas. On est devant un exemple de démission du politique. »

Arc-boutés. En attendant cette journée de mobilisation, l’opposition a une nouvelle fois usé hier de toutes les ficelles procédurales pour ralentir les débats. « On ne fait pas çà pour le plaisir, précise François Brottes. Nous rentrons dans un débat pointu et nous voulons démontrer le flou et les incertitudes qui persistent sur ce texte. » « Au rythme de 75 amendements par heure, nous n’en avons plus que pour 2 000 heures », a soupiré le président de séance, l’UMP Yves Bur (Bas-Rhin), après trois heures de débat. Une réflexion immédiatement sujette à rappel au règlement.

Face à ce blocus, l’UMP serre les rangs. Selon le sarkozyste Dominique Paillé, le projet passerait à une « courte majorité » s’il était soumis au vote :Il y a toujours entre 30 et 60 députés UMP très opposés au texte, dont une trentaine qui s’arc-boutent comme moi sur une position négative. ??

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !