Liste des auteurs

La Tribune.fr - 29/12/06

Suez demande à l’AMF d’obtenir de François Pinault qu’il clarifie ses intentions

vendredi 29 décembre 2006
Le titre Suez a fortement monté aujourd’hui, stimulé par les affirmations du magazine Capital, selon lesquelles François Pinault pourrait lancer dès le début du mois prochain une OPA à 70 milliards d’euros sur Suez. L’Elysée a démenti apporter son soutien à une éventuelle offre de François Pinault sur Suez, soulignant que l’Etat français continue de soutenir le projet de rapprochement entre Suez et Gaz de France. Suez demanda à l’Autorité des Marchés Financiers d’obtenir de François Pinault qu’il déclare ses intentions.

L’action Suez s’est envolée ce vendredi, portée par des informations de presse indiquant que l’homme d’affaires François Pinault pourrait lancer une offre sur Suez dès le début janvier pour 70 milliards d’euros, un montant supérieur à ce qui était évoqué jusque ici.

A la clôture, l’action progressait de 2,56% à 39,23 euros, après avoir atteint dans la matinée un plus haut annuel à 40 euros. Depuis le 1er janvier, l’action Suez a progressé de plus de 49%. Et dans la foulée, l’action Gaz de France bondissait de 2,80% à 34,85 euros, tandis que Veolia Environnement s’envolait littéralement de 8,96%, à 58,40 euros. Ces deux derniers groupes sont des repreneurs potentiels respectivement des composantes énergie et environnement de Suez.

Selon le site Internet du magazine Capital, Jacques Chirac serait d’accord avec François Pinault pour que ce dernier lance dès le début janvier une offre de 70 milliards d’euros sur Suez et cède à GDF, pour 40 milliards d’euros, la partie énergie du groupe. "L’ancien patron de Pinault-Printemps-La Redoute, qui est très proche de Jacques Chirac, aurait sollicité et obtenu le feu vert de l’Elysée. Du coup, il pourrait déclencher son OPA avant la mi-janvier, voire même la semaine prochaine", écrit le magazine qui relance ainsi un scénario évoqué à plusieurs reprises sur le marché et dans la presse ces dernières semaines.

En début d’après-midi, L’Elysée a démenti apporter son soutien à une éventuelle offre de François Pinault sur le groupe Suez, soulignant que l’Etat français continuait de soutenir le projet de rapprochement entre Suez et Gaz de France. "La présidence de la République dément cette rumeur fantaisiste", déclare-t-on. Et d’ajouter : "La position de l’Etat actionnaire est connue. C’est celle d’un soutien clair et déterminé au projet de fusion porté par GDF avec le groupe Suez".

Le quotidien Le Figaro avait déjà indiqué le 19 décembre que Pinault pourrait débourser "quelque 60 milliards d’euros" - pour offrir une prime aux actionnaires de Suez - puis en "récupérer environ 40 auprès de GDF", en cédant la partie énergie. Toutefois, jeudi dans une interview accordée à Paris Match, Jean-François Cirelli, le patron de GDF, a démenti être en contact avec François Pinault. "J’ai une grande estime pour François Pinault, mais nous n’avons aucun projet commun", a-t-il affirmé. "Pour nous, la solution idéale est le mariage avec Suez", a-t-il également répété.

Reste que, en fin d’après-midi vendredi, le groupe Suez à décidé de clarifier la situation : il a annoncé avoir demandé à l’Autorité des Marchés Financiers d’obtenir de François Pinault qu’il déclare ses intentions.

Le projet de fusion entre Suez et GDF est menacé depuis que le Conseil constitutionnel a validé la privatisation de GDF tout en ordonnant qu’elle ne soit effective qu’après le 1er juillet 2007, date à laquelle le marché sera totalement ouvert à la concurrence, ce qui fera tomber la notion de service public national. Du coup, les protagonistes semblent bloqués par la perspective de l’élection présidentielle du printemps prochain.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !