Liste des auteurs

Un article de Feryel Gadhoum paru dans le Figaro du 10 aout 2005

Suez, nouveau géant européen de l’électricité

mercredi 10 août 2005 par Feryel Gadhoum

Suez rachète les minoritaires d’Electrabel et les investisseurs sont contents. Le groupe a pris de court les marchés en annonçant hier une opération attendue depuis plusieurs années. Il mettra 11,2 milliards d’euros sur la table pour détenir sa filiale à 100%, contre 50,08% aujourd’hui. Le choix du moment est dicté tant par la vigueur financière de Suez que par le caractère hautement stratégique d’Electrabel alors que les marchés de l’énergie se libéralisent en Europe. Les synergies attendues sont par ailleurs importantes. Elles s’élèveraient à plus de 350 millions d’euros dès 2008, en plus du plan d’économie en cours, Optimax.

Le groupe a publié hier, par anticipation, un résultat net semestriel de 1,7 milliard d’euros (+ 13%) tandis que son endettement, à 11 milliards d’euros, a encore baissé de 20% par rapport à la fin de 2004. L’opération, pilotée par Rothschild, Morgan Stanley et Calyon, devrait permettre au bénéfice net par action de croître de 7% en 2007. Suez, qui a regagné les faveurs du marché et des agences de notation, peut reprendre une politique de développement plus marquée, après deux années très difficiles. C’est d’ailleurs au cours de ces exercices, sous haute pression, qu’Electrabel est devenue le noyau dur de la rentabilité et de la croissance de Suez. L’énergie représente désormais 70% de ses ventes tandis que l’environnement, qui reste stratégique, ne réalise que 30% de son chiffre d’affaires. Pas question, donc, de ne pas être maître chez soi en Belgique.

D’autant qu’Electrabel a hérité de tous les actifs européens de l’autre filiale de production d’énergie de Suez, Tractebel. Suez a pris bien soin d’assurer aux autorités publiques que la nouvelle entité resterait franco-belge. Mieux, le groupe sollicitera le statut juridique de société européenne dès que cela sera possible. Les autorités publiques belges veilleront d’ailleurs à ce qu’il n’y ait pas « une nationalisation vers la France de manière rampante », avertissait hier le ministre wallon de l’Economie, Jean-Claude Marcourt. Ce dernier, en coup de pied de l’âne à la classe politique française montée au créneau pour défendre Danone contre PepsiCo, a ajouté : « Pour la Belgique, la production et la distribution d’électricité sont bien plus stratégiques que de fabriquer des yaourts. » Suez est prévenu.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !