Liste des auteurs

Lucy Bateman | L’Humanité du 18/12/2009

Suicide  : la faute de Renault reconnue

samedi 19 décembre 2009 par Lucy Bateman
La justice a reconnu la faute inexcusable de Renault dans le suicide, en octobre 2006, d’un ingénieur du Technocentre.

Le tribunal des affaires de Sécurité sociale de Nanterre a reconnu, hier, la faute inexcusable de Renault dans le suicide d’un de ses salariés. Antonio B., un ingénieur de trente-neuf ans, s’était donné la mort le 20 octobre 2006, en enjambant une passerelle au 5e étage du Technocentre Renault de Guyancourt. Ce suicide avait été reconnu comme accident du travail par l’assurance maladie en 2007. L’avocate de la famille, 
Rachel Saada, avait présenté au tribunal les conditions de travail d’Antonio B., d’où avait, selon elle, découlé son geste  : salariés poussés à la performance individuelle, sous-effectif chronique, tâches sans rapport avec la durée du travail, absence de prévention alors que les risques étaient signalés par les élus et par les médecins du travail. En somme, Renault n’avait pas respecté ses obligations de sécurité.

La reconnaissance de la faute inexcusable a pour conséquence de porter la rente versée à la veuve du salarié et à son fils à son maximum. Le tribunal a également condamné Renault à verser 1 euro symbolique à la veuve et à son enfant au titre du préjudice moral. « C’est un immense soulagement, c’est une grande satisfaction après plus de trois ans de bataille », a réagi la veuve d’Antonio B. « On rend enfin justice à mon mari. On reconnaît ce qu’il a subi, enduré à cause de Renault. J’espère que ce sera un signal fort pour toutes les entreprises » qui sacrifient « tout sur l’autel de la rentabilité, et pour les salariés, qu’ils sachent que la justice est de leur côté ». « Il n’y a pas que les cas médiatisés, des gens qui craquent il y en a partout. C’est un message fort pour leur dire  : relevez la tête  ! », a-t-elle ajouté.

« Ce que j’espère, c’est qu’on accepte enfin de remettre l’homme au cœur de toutes les décisions, a souhaité Rachel Saada. Cela veut dire qu’il faut cesser d’invoquer la vulnérabilité des gens pour expliquer leur geste. »

« On a pris note de cette décision, nous allons l’examiner en détail », a déclaré un porte-parole de Renault, qui dispose d’un mois pour faire appel.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !