Liste des auteurs

EMONDE.FR avec AFP | 04.01.08

Syndicats et associations dénoncent l’idée de nouvelles sanctions contre les chômeurs

vendredi 4 janvier 2008

Alors que le Sénat doit commencer, mercredi 9 janvier, l’examen du projet de loi sur la fusion ANPE-Unedic, des associations de chômeurs et des syndicats ont dénoncé, vendredi, une "stigmatisation" croissante des demandeurs d’emploi de la part du chef de l’Etat. Nicolas Sarkozy a en effet réclamé jeudi un "calendrier" pour la mise en place d’un système de "sanctions" à l’encontre des chômeurs qui refuseraient "deux offres acceptables" à la suite, comme il s’y était engagé pendant la campagne.

En réalité, des sanctions existent déjà depuis une loi de 2005 qui prévoit la suspension ou la radiation des chômeurs qui ne remplissent pas leurs obligations. En 2006, selon l’ANPE, 22 000 personnes sur 4,5 millions inscrites à l’Agence ont ainsi été sanctionnés pour refus d’emploi, de formation ou insuffisance de recherches. Mais M. Sarkozy juge cette situation insatisfaisante, d’autant plus qu’en octobre, un rapport parlementaire estimait que le système français de contrôle des chômeurs était "complexe et faible", citant en exemple la Grande-Bretagne.

"UN DISCOURS CYNIQUE ET MÉPRISANT"

Cet appel de M. Sarkozy intervient alors que les partenaires sociaux sont amenés à définir le caractère "acceptable" d’une offre d’emploi. Une mouture provisoire du projet d’accord relatif au marché du travail, que les partenaires sociaux vont tenter de conclure le 10 janvier, précise qu’une "offre valable d’emploi" doit tenir compte "de l’ancienneté dans le chômage, du parcours professionnel, de l’expérience, de la formation, de l’ancienne rémunération et du lieu de résidence".

Les syndicats ont vivement réagi à ces propos. Bernard Van Craeynest, président de la CFE-CGC, s’est dit vendredi "profondément gêné" par la "démarche" du chef de l’Etat : "On procède par la stigmatisation de différentes catégories sociales qui seraient à considérer comme des nantis (...) : tantôt les fonctionnnaires, tantôt les ressortissants des régimes spéciaux, aujourd’hui les demandeurs d’emploi."

La CGT a dénoncé, quant à elle, un "discours cynique et méprisant au plus haut niveau de l’Etat", instaurant "une double peine pour les chômeurs (...). Au traumatisme subi de la perte de son emploi s’ajouterait celui de devoir accepter une sous-qualification ou une dégradation de ses conditions de vie". Cette "agitation idéologique" vise à faire accepter des "emplois précaires ou saisonniers, aux salaires très bas, dans des zones excentrées", a pour sa part commenté Marc Moreau, de l’association Agir ensemble contre le chômage (AC !)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !