Liste des auteurs

Lucy Bateman | L’Humanité le 24.12.2007

Toujours plus de précarité, le patronat n’en démord pas

mercredi 26 décembre 2007 par Lucy Bateman
Travail . Le MEDEF cherche-t-il à faire échouer la négociation sur le marché du travail ? C’est ce que ne sont pas loin de penser les syndicalistes, qui commencent à perdre patience.

Le patronat a-t-il vraiment envie de conclure la négociation sur le marché du travail ? Alors que le gouvernement menace de reprendre la main si les discussions échouent début janvier, les syndicats se sont irrités vendredi d’un « recul » dans la négociation. Ils se sont demandé s’il fallait y voir une « provocation », à l’issue d’une séance qu’ils ont qualifiée de « tendue », « pénible », voire « proche de la rupture ».

les propositions patronales, un recul

La semaine précédente, les syndicats (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC) avaient dû négocier sans texte. Vendredi, la délégation patronale leur a fourni pendant la séance un texte qualifié de « transitoire ». La méthode a agacé certains syndicats (CGT, FO, CFTC), qui ont déploré que les précisions écrites portent principalement sur le volet de l’accord auquel le patronat tient le plus : l’allongement de la période d’essai, un nouveau mode de rupture « amiable » et un nouveau contrat de mission. Les syndicats, de leur côté, veulent créer de nouvelles sécurités, via notamment la transférabilité de certains droits d’un contrat à un autre ou entre deux contrats. Ainsi, le patronat a proposé une nouvelle proposition sur la période d’essai (lire ci-dessous). « Cela créerait un nouveau sas de précarité pour les salariés, c’est un recul, les propositions patronales nous éloignent un peu plus d’une possibilité d’accord », a déploré Maryse Dumas (CGT).

Le patronat « a été en très net recul », a déploré Gabrielle Simon, pour la CFTC. « Si c’est une technique de négociation, elle est très dangereuse », a-t-elle estimé, se demandant si le patronat ne faisait pas « de la provocation pour empêcher d’aboutir » et permettre au gouvernement « d’imposer par la loi des mesures refusées par les syndicats dans la négociation ». Elle a relevé « une certaine correspondance entre les propositions patronales et ce qui a été dit lors de la conférence sur l’agenda social 2008 (organisée à l’Élysée - NDLR) : on supprime le collectif pour du gré à gré, on remet en cause la hiérarchie des normes ».

non à un accord de façade

Même analyse chez FO et la CGT : « J’espère qu’on ne loupe pas le coche de la sécurisation des parcours des salariés, je n’aimerais pas aller à un accord de façade », a déclaré Stéphane Lardy (FO). « Le Père Noël est une ordure », a déclaré quant à elle Maryse Dumas (CGT), souhaitant que les fêtes fassent « réfléchir le patronat ». Pour la CFDT, Marcel Grignard, qui a jugé « concevable des allers-retours dans une négociation aussi difficile », a appelé le patronat à « abandonner les dispositions privi-légiant le gré à gré ». Il a jugé « inacceptable » la rédaction du texte sur la période d’essai.

Cathy Kopp, chef de la délégation patronale, s’est défendue de toute ma- ni-pulation : « Quand on construit, on ne fait pas tous les murs d’une maison en même temps », a-t-elle dit. Les syndicats ont aussi souligné les divergences très visibles au sein de la délégation patronale, notamment entre MEDEF et CGPME, et les effets secondaires du scandale UIMM. Un nouveau texte est attendu le 7 janvier avant une double séance marathon les 9 et 10 janvier.


Le patronat propose une nouvelle version de la période d’essai

La délégation patronale a présenté une nouvelle version de sa période d’essai, à laquelle elle tient particulièrement et qui braque les syndicats. Alors qu’elle proposait jusque-là une période d’essai pouvant aller jusqu’à six mois (un an pour les cadres), elle a imaginé un « dispositif interprofessionnel d’essai ». Il ressemble fort à « l’étape de validation économique répondant à l’incertitude des entreprises » qui figurait dans les premières versions du projet du MEDEF mais que celui-ci avait retirée devant l’hostilité des syndicats. Le nouveau dispositif proposé par le MEDEF, « défini dans un cadre collectif, comporte une durée d’essai » de six à douze mois, « un préavis réciproque et une indemnité de départ », selon la version présentée aux syndicats. Cathy Kopp, chef de la délégation patronale, a promis que le texte serait « réécrit » pour éviter tout malentendu.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !