Liste des auteurs

Bruno Odent | L’humanité du 25 mai 2007

Travailler plus pour gagner moins chez Telekom : ils disent non

vendredi 25 mai 2007 par Bruno Odent
Allemagne . Face à un plan instaurant une sorte de flexibilisation record, les salariés de l’ex-service public ont déclenché une grève massive, observée avec sympathie par l’opinion.

Le mouvement de grève qui touche depuis plus de quinze jours l’entreprise Telekom (l’ex-Deutsch Telekom, l’opérateur public germanique) a pris un relief national outre-Rhin, emblématique de la montée du ras-le-bol à l’égard de la politique de rupture antisociale à l’allemande, pratiquée sous l’égide de la grande coalition conduite par Angela Merkel. Les salariés ont décidé à une écrasante majorité de dire stop à la fuite en avant dans une déréglementation qui conduit la direction de la firme à externaliser aujourd’hui quelque 50 000 de ses salariés.

Au passage, ces derniers verraient leur statut en matière tarifaire (l’équivalent de nos conventions collectives) substantiellement transformé : la semaine de travail passerait de 34 à 38 heures pour une rémunération inférieure de 9 % en moyenne. Et comme si cela ne suffisait pas encore à l’appétit des actionnaires de Telekom, les déplacements chez les clients ou les pauses - indispensables aux travaux de longue durée face à un écran d’ordinateur - ne seraient plus payés et considérés « comme une relique du passé », souligne Frank Bsirske, le président du syndicat VerDi des services.

« Travailler plus pour gagner moins », on arrive là au bout de la logique de flexibilisation désirée par le patronat européen. La démarche a suscité un tel tollé que la grève qui se poursuit depuis maintenant plus de quinze jours a été votée par plus de 90 % du personnel. Mercredi dernier VerDi avait organisé une journée d’action nationale qui a donné lieu à des manifestations rassemblant d’imposants cortèges (de 10 000 à 20 000 personnes) dans toutes les grandes villes du pays. Selon tous les sondages l’opinion observe le mouvement avec une bonne dose de sympathie en dépit des gênes, et de nombreux salariés se sont même solidarisés au mouvement car ils ont bien compris combien leur propre statut à l’avenir risque de dépendre de l’issue du bras de fer. Car « cette offensive peut être considérée comme une sorte de test cherchant à établir un modèle transposable à d’autres branches », fait observer Frank Bsirske.

Les raisons qui motivent le plan de la direction sont simples. La prise du pouvoir par les actionnaires privés a impulsé dans l’ex-service public un type de gestion soumis à des logiques strictement financières. Bien que le groupe affiche déjà quelque 3,1 milliards d’euros de profits en 2006, le niveau des dividendes et la valeur de l’action sont jugés « insuffisants ». D’où l’externalisation projetée. L’opération rapporterait la bagatelle de 10 000 euros de profits annuels supplémentaires par employé à l’entreprise, ont calculé les experts du syndicat VerDi. Soit un total de 500 millions d’euros par an « redistribués » de la poche des salariés vers celle des actionnaires.

Faisant allusion aux succès obtenus récemment dans d’autres branches tournées vers les exportations (comme ces 4,1 % d’augmentation arrachés dans la métallurgie, voir l’Humanité du 10 mai 2007), le président de VerDi souligne combien, en dépit du regain de croissance actuel outre-Rhin, rien n’est automatique, bien au contraire. « Qui a pu croire, lâche-t-il, que le patronat était prêt à donner une part de cette croissance retrouvée aux salariés doit mesurer aujourd’hui combien il se trompe et combien tout dépend de la lutte si l’on veut éviter que s’opère un transfert de richesses toujours plus important. » C’est dire aussi combien l’issue du combat des - salariés de Telekom a valeur d’exemple dans toute - l’Europe.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !