Liste des auteurs

Un article Alain Raynal paru dans l’Humanité du 27 janvier 2005

Un élu au tribunal pour des arrêtés anti-coupures

samedi 29 janvier 2005 par Alain Raynal

Le maire du Vigan, localité lotoise proche de Gourdon, est convoqué ce jeudi après-midi devant le tribunal administratif de Toulouse. Assigné par le préfet du Lot pour avoir pris un arrêté interdisant sur le territoire de sa commune de 1 400 habitants les coupures d’électricité envers des personnes démunies. Daniel Souladié ne sera pas seul. À la pointe du mouvement pour l’obtention d’un réel droit à l’énergie pour tous, les syndicats CGT de l’énergie de Midi-Pyrénées, pleinement solidaires des maires ayant pris de telles initiatives, ont appelé les élus, les syndicalistes, les partis politiques, les associations à se rassembler dès 15 heures devant le tribunal pour faire respecter la liberté d’action des collectivités locales.

DÉCISION UNANIME DU CONSEIL MUNICIPAL

Dans cette commune du Lot qui connaît un boom démographique avec cinq cents habitants en plus depuis le début des années quatre-vingt-dix en raison d’une politique dynamique et sociale du logement, le maire a décidé par arrêté en date du 29 octobre 2004, et après un feu vert unanime de son conseil municipal, d’interdire les coupures d’énergie électrique visant des familles en difficulté, pour des raisons économiques et sociales.

Daniel Souladié, instituteur pendant vingt-huit ans dans une commune rurale du département, avance deux raisons principales pour motiver sa décision : « Je ne peux pas me résigner à l’idée que des enfants puissent être privés de chauffage et d’électricité aujourd’hui pour l’audiovisuel, pour l’informatique ou les jeux vidéo ; ce n’est pas parce que les parents sont confrontés à des problèmes que les gosses doivent payer les pots cassés », déclare-t-il tout en montrant du doigt la Déclaration des droits de l’homme affichée dans son bureau. Un refus d’injustice doublé d’exaspération chez l’élu local face aux coups sans cesse portés contre les services publics en milieu rural. « Je veux également réagir contre le discrédit que l’on tente de porter tout à la fois contre les services si utiles à la qualité de vie et contre le nombre de fonctionnaires. » Des élus - lotois ne ménagent pas leur soutien à leur collègue du - Vigan. Le maire de Combes, Fernand Vidal, a pris,

le 7 décembre dernier un arrêté allant dans le même sens. Le sous-préfet lui a demandé de revenir sur cette décision estimée « illégale » par les autorités préfectorales. Pas question, répond l’élu. « Nous alertons depuis longtemps sur les conséquences de la précarité, il est temps que l’on nous écoute. » Conseiller régional communiste, Serge Laybros a proposé et obtenu que la majorité de droite du conseil adopte une résolution contre les coupures de courant. « Le gouvernement et le MEDEF, à l’origine de ces difficultés sociales, peuvent bien faire de l’esbroufe avec la loi de cohésion sociale, il n’empêche que le drame perdure, il y a une urgence absolue à assurer protection à ces familles en détresse », commente-t-il. Sur proposition des élus communistes, le conseil régional de Midi-Pyrénées a également voté un voeu demandant l’arrêt des coupures d’électricité aux plus démunis.

Pour les syndicats CGT, le maire du Vigan et ceux qui ont pris des arrêtés contre les coupures d’énergie « ont engagé leur responsabilité sociale en initiant un principe de précaution permettant d’éviter des incidents graves ».

AUCUNE INTERVENTION DE LA PART DU PRÉFET

L’assignation du préfet du Lot est vivement contestée par les syndicalistes qui viennent d’apprendre que des arrêtés du même type et datant depuis plus de quatre mois ont été pris dans 17 communes du Gard, s’ajoutant à 33 délibérations dans ce même département, sans que le préfet concerné n’intervienne. L’appel à soutenir le maire lotois est d’autant mieux perçu que des interventions communes sont devenues monnaie courante dans ce département entre les élus locaux et les syndicats CGT de l’énergie. Pour Jean-Jacques Wagner, technicien d’intervention clientèle à Luzech et secrétaire général CGT de l’énergie dans le Lot, une osmose existe véritablement dans l’action entre la CGT et les élus locaux pour la défense des services publics. « Nous avons déjà mené beaucoup de luttes ensemble dans ce département, et nous avons chaque fois alerté les élus locaux sur toutes les menaces pesant contre des services publics, aujourd’hui ils nous reconnaissent comme interlocuteurs à part entière », souligne le syndicaliste.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !