Liste des auteurs

Une atteinte de plus à nos droits les plus fondamentaux : défendre nos emplois , nos droits, nos libertés.

vendredi 8 avril 2005 par coordination CGT SNET

Le Chef de la Centrale de Hornaing vient de mettre à la porte du site un représentant syndical de l’Union Départementale CGT. Ce représentant syndical était l’invité de la section syndicale CGT de Hornaing. Cela constitue un véritable délit d’entrave caractérisé, car les sections peuvent inviter des personnalité syndicales extérieures à l’entreprise à participer à des réunions organisées par elles dans les locaux syndicaux.

Si local ou devait se tenir la réunion nécessitait l’accord de l’employeur, il n’avait pas pour autant à lui signifier une expulsion du site, la section et l’invité conservait le droit de se replier sur le local syndical.

Il est important de noter que la section peut sans autorisation de l’employeur inviter au local syndical une personnalité syndicale extérieure pour participer à une réunion. Il peut s’agir d’un représentant de l’Union locale, d’une Union Départementale, d’une Union Régionale, d’une Fédération ou de la Confédération. Par ailleurs, le terme « personnalité syndicale » doit être entendu au sens large du terme. Il s’avère qu’un conseiller prud’homme ou un délégué syndical d’une autre entreprise peut également être invité à un réunion.

C’est toute la réponse que les salariés ont obtenus depuis leur mouvement social, pour revendiquer des emplois, en date du 5 avril 2005.

La CGT constate que les Directeurs de sites, les Directeurs et Responsables des Ressources Humaines de la SNET n’ont plus aucun pouvoir décisionnel, ils ne font plus que de la figuration, incapable d’apporter la moindre réponse en réunion avec les représentants des salariés. Nos actionnaires de contrôle espagnols ont véritablement verrouillé toute la gouvernance de l’entreprise SNET.

Nous voilà bel et bien intégré dans un système de gestion d’entreprise ultra libéral, ou le cours de la bourse d’Endesa dicte la gestion sociale de l’entreprise, faisant au passage supporter tous les risques aux salariés.

Les salariés ne sont plus acteurs dans cette entreprise, le retour sur investissement et donc une financiarisation poussée à l’extrême y est érigée en dogme de gouvernance. Les salariés sont relégués au simple de rang de marchandise, corvéables et taillables a merci pour conforter des cours boursiers et ainsi répondre aux exigences des actionnaires.

Il faut inverser la tendance, pour cela nous devons continuer à élever le rapport de force et nous diriger vers une mobilisation élargie, ce qui se passe sur le site de Hornaing impacte non seulement tous les sites de la SNET mais également tous les acteurs de la branche, la réduction des effectifs est une manière des plus sournoise pour mettre en concurrence les salariés des différentes entreprises qui la compose.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !