Liste des auteurs

Sonya FAURE | Libération le 16 mai 2007

Une filiale d’Adecco au tribunal pour recrutement discriminant

mercredi 16 mai 2007 par Sonya FAURE
Social. Les salariées devaient avoir un profil « bleu blanc rouge ».

On a d’abord beaucoup parlé du terme. « BBR ». Comme « bleu blanc rouge », ou blanche de peau. L’affaire remonte à l’an 2000. La directrice générale adjointe de Districom, une filiale du groupe d’intérim Adecco, envoie un fax à sa maison mère. Sur le fax, le profil exigé pour le recrutement de jeunes animatrices, qui devront présenter les produits coiffants Fructis Style, de la marque Garnier, dans les supermarchés : 18 à 22 ans, taille 38 à 42 et « BBR ». Une ancienne salariée de Districom finit par appeler SOS Racisme. L’association poursuit Districom et Adecco, qui auraient participé au recrutement discriminatoire, et L’Oréal, propriétaire de Garnier, qui aurait demandé à la société d’intérim de lui sélectionner des salariées blanches. Il y a un an, SOS Racisme a perdu en première instance. Les juges, considérant les témoignages trop imprécis, avaient prononcé une relaxe générale. L’association et le parquet ont fait appel. L’audience avait lieu hier, à Paris.

Lors de la première audience, la dirigeante de Districom avait pris sur elle : « C’est une initiative personnelle. Jamais Garnier ne m’a demandé des animatrices blanches. Dans mon esprit, "BBR" voulait dire : "Qui parle bien français." » Mais, souligne l’avocat de SOS Racisme, comment expliquer qu’on retrouve ce sigle « BBR » dans une autre affaire en cours d’instruction, où, toujours chez Adecco, des intérimaires auraient été fichés à l’aide du code « BBR » ? Pour le groupe de travail temporaire, la discrimination n’était pas un système, mais, parfois, le fait de salariés désemparés face aux demandes de leurs clients. « Dès 1999, Adecco a mis en place une politique volontariste pour condamner ces pratiques », explique son directeur commercial. Garnier à son tour vante sa « charte éthique ». « Et la marque Fructis Style a été l’une des premières en France à mettre en scènes des personnes de toutes nationalités dans ses publicités. [...] Nous priver de ces candidates auraient été improductifs », argumente l’ex-DG de Garnier. Hier soir, le parquet a demandé la condamnation à des peines d’au moins 100 000 euros de Districom, la filiale d’Adecco. L’avocat général a en revanche demandé la relaxe pour Garnier et son directeur général Laurent Dubois.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !