Liste des auteurs

article de Martine Laronche paru dans Le Monde du 2 septembre 2006

Une grève des enseignants est prévue le 28 septembre

samedi 2 septembre 2006 par Martine Laronche

Alors que la rentrée scolaire a lieu lundi 4 septembre, une journée de grève est fixée pour le jeudi 28 dans l’éducation nationale. Réunies jeudi 31 août, cinq fédérations (FSU, UNSA-éducation, SGEN-CFDT, Ferc-CGT et FAEN) ont fixé cette date de mobilisation pour protester contre "les décisions budgétaires du gouvernement pour 2007 qui, s’ajoutant aux coupes intervenues depuis 2003, conduiront à réduire considérablement les moyens du service public". Elles appellent les personnels à se mobiliser le mercredi 6 septembre par des manifestations et des rassemblements localement.

Le gouvernement, qui prévoit de réduire les effectifs de la fonction publique d’Etat en 2007 de 15 000 postes nets mise, pour arriver à ses fins, sur la suppression de 8 500 postes d’enseignants. De leur côté, les syndicats dénoncent "la dégradation des conditions d’enseignement et de travail, la réduction de l’offre d’enseignement et la précarité accrue".

Selon le SNES-FSU, le principal syndicat des enseignants des collèges et des lycées, 26 712 emplois auront été supprimés en cinq rentrées entre 2003 et 2007. Secrétaire général du SNES, Bernard Boisseau, a dénoncé, jeudi 31 août, "une situation de conflit ouvert avec le gouvernement" qui écrit selon lui, un "scénario catastrophe depuis 2003". Il a par ailleurs contesté les chiffres du ministère sur le nombre d’"enseignants référents" recrutés dans les 249 collèges "Ambition réussite". Selon M. Boisseau, ils ne seraient que 748 contre les 970 annoncés. Il a dénoncé aussi les "pressions" dont les enseignants auraient été victimes. "Les recteurs ont même affecté autoritairement des titulaires de zones de remplacements (tzr), débutants sur ces postes". Le SE-UNSA a annoncé pour sa part, mercredi 30 août, "un climat très assombri" pour cette rentrée. Par sa politique budgétaire, "le gouvernement bat en brèche les mesures de la loi Fillon" qui prévoient notamment le dédoublement des classes pour la première langue en terminale et des programmes de soutien pour les élèves en difficulté, considère Luc Bérille, secrétaire général du SE-UNSA. Selon une enquête interne du ministère, les dédoublements de classe ont pu se faire, l’an dernier, pour près de 80 % des élèves de terminale générale mais ceux-ci ne se déclenchent que dans les classes comptant entre 21 et 25 élèves. Quant aux programmes de soutien, ils ne devraient se tenir cette année que dans les classes de CE1 et de 6e.

Gilles de Robien, qui tenait jeudi 31 août, sa conférence de presse sur la rentrée (Le Monde du 1er septembre) considère, pour sa part que 2006 sera "une très belle rentrée". Dans un discours offensif contre les syndicats, il a qualifié "d’épisode traditionnel, les querelles sur les moyens". "Ceux qui parleraient d’une école en danger sont des agitateurs d’épouvantails à court d’idées", a-t-il estimé assurant que le taux d’encadrement des élèves serait stable. "Si nous avions agi selon des critères mathématiques, nous aurions supprimé davantage de postes", a-t-il conclu.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !