Liste des auteurs

Article de Paule Masson publié dans L’Humanité le 7 octobre 2006

Une plongée digne et combative dans le monde des travailleurs pauvres

samedi 7 octobre 2006 par Paule Masson
Sept millions de travailleurs pauvres,par Jacques Cotta, Éditions Fayard, 2006, 19 euros.

Qui mesure l’impact réel de la nouvelle pauvreté sur la société, le monde ? Derrière cette « face cachée des temps moderne », il y a des hommes, des femmes, en général invisibles, discrets, honteux, qui sont tombés très bas en ayant souvent été salariés, insérés, socialement reconnus. Jacques Cotta, journaliste, actuellement en charge de la série documentaire Dans le secret de... sur France 2, a choisi de plonger dans cet univers des travailleurs pauvres. L’auteur raconte des parcours de vie, des histoires qui font démonstration, se suffisent à elles-mêmes. Il les multiplie. Et convainc que cette « analyse de terrain démontre qu’il ne s’agit pas de quelques marginaux mais de millions d’individus ».

Il y a André, qui, avant de dégringoler, après le décès de sa femme, travaillait au Canada, possédait une berline, une maison, un jardin. Il y a Éric, qui a grimpé un à un tous les échelons d’une compagnie d’assurances, a décroché un poste de directeur régional, avant de « tomber sur l’autel de l’inflation et la spéculation immobilière ». Il y a « le Balafré », qui se lève chaque matin pour aller au boulot mais doit vivre sous terre dans un des souterrains désaffectés de l’ancienne gare de Gobelins. Madeleine, aussi, vielle dame de Neuilly, ancienne concierge, qui vit avec 500 euros par mois et doit venir se laver aux bains-douche du

8e arrondissement de Paris. Et Violette, précaire depuis l’âge de seize ans, qui s’est d’abord accommodée de cette situation sans lendemain avant de vouloir se stabiliser pour son enfant. Peine perdue, même le CDI promis dans la maison de retraite où elle a cumulé les contrats n’est jamais arrivé.

Le parti pris du livre est rare. L’auteur ne livre pas un point de vue de spécialiste. Les experts sont tous ces personnages. Depuis trop longtemps, cette parole sociale a déserté les colonnes des médias. Les parcours de galère relatés dans l’ouvrage révèlent tous les visages de la pauvreté, bien trop nombreux, bien trop divers pour qu’il soit encore possible de

les classer dans le camp des « oisifs qui abusent du RMI », des « fainéants qui ne cherchent pas vraiment du travail » où encore de ceux qui « refusent de prendre des risques ». Ces histoires donnent consistance aux chiffres, pour n’en citer que deux : sept millions de personnes vivent avec moins de 722 euros par mois. En dix ans, l’intérim a augmenté de 130 %, le nombre de CDD de 60 % et de CDI de 2 %.

Mais l’auteur ne se contente pas de raconter. Au fil des pages, il égrène les données statistiques, décortique les incohérences des politiques d’aides sociales, démonte toutes les idées reçues, celles qui entretiennent le rejet des exclus et les divisions entre les pauvres eux-mêmes. Il ne peut s’empêcher d’accuser, aussi, de pointer l’indécence de la richesse, « l’explosion des grandes fortunes » face à cette « nouvelle pauvreté ». Dès le début de l’ouvrage, il pose ce postulat : « Les pauvres dérangent, surtout lorsqu’ils font des efforts pour s’en sortir, car ils démontrent que leurs difficultés sont celles du système qui les rejette ». En conclusion, il affirme que « la précarité est le produit du système et le résultat d’un choix conscient ».

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !