Liste des auteurs

L’Humanité | Fanny dumayrou le 5 février 2007

Victoire pour les ex-dockers de Dunkerque

lundi 5 février 2007 par Fanny Doumayrou
amiante . L’allocation qu’ils touchent pour avoir été exposés pendant plus de trente ans va être revalorisée, après 24 jours de grève de la faim.

« C’est une victoire, mais c’est scandaleux qu’il faille 24 jours de grève de la faim pour obtenir l’application de la loi », commente Jean-Pierre Decodts, militant de l’Association régionale des victimes de l’amiante (Ardeva) du Nord-Pas-de-Calais, qui a soutenu les six ex-dockers en grève de la faim depuis le 11 janvier. Samedi, ces derniers ont décidé de mettre fin à leur action, après avoir arraché pour eux et pour 220 autres ex-dockers du port de Dunkerque une revalorisation de leur allocation de préretraite amiante, qu’ils touchent pour avoir été exposés à ce poison sur leur lieu de travail de 1960 à 1993.

Depuis sept ans, ils contestent le montant de leur allocation, effectué sans tenir compte, comme la loi le prévoit, de la spécificité de leur profession intermittente (voir L’Humanité du 22 janvier). Il y a deux ans, après une première grève de la faim, ils avaient obtenu du sous-préfet de Dunkerque et du ministre de la santé Xavier Bertrand l’engagement de leur régularisation, mais cette promesse n’a pas été tenue. Après un an et demi de vaines démarches pour faire appliquer ce premier accord, ils se sont vus contraints d’entamer une deuxième grève pour faire pression sur les pouvoirs publics.

L’accord signé vendredi entre d’un côté le sous-préfet, le médiateur nommé par le ministère, la CRAM, et de l’autre le président de - l’Ardeva et le comité des ex-dockers, prévoit une revalorisation de 15 % rétroactive sur au moins cinq ans. Dans l’immédiat, 103 ex-dockers déjà en préretraite amiante vont toucher 8 000 à 10 000 euros en moyenne de rappel, et voir leur allocation revalorisée de 8 à 300 euros par mois selon les cas. D’ici 2014, une centaine d’autres dockers vont entrer dans le dispositif de préretraite et bénéficier de cet accord.

« La légitimité de notre revendication a enfin été reconnue », se félicite Louis Monteyne, l’un des grévistes, « mais on est seulement au milieu du gué », puisque l’application de la loi correspondrait selon lui à une revalorisation de 30 % de leur préretraite. Pour les ex-dockers, la bataille continue donc. Prochaine étape : l’audience du 15 février au tribunal des affaires de sécurité sociale de Lille, qui examinera le dossier d’un docker contestant le montant de l’allocation.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !