Liste des auteurs

AFP - 13 mars 2007

Visteon : les salariés refusent le rachat de leur RTT par la direction

mardi 13 mars 2007

CHARLEVILLE-MEZIERES (AFP) - Une majorité des salariés de l’équipementier automobile américain Visteon à Charleville-Mézières a refusé mardi le rachat de RTT proposé par la direction pour honorer un nouveau marché et sauver des emplois, provoquant l’inquiètude de leurs autres collègues.

Au total, 498 salariés ont dit non au rachat de 10,5 jours de RTT en 2007 (sur 20,5 jours au total) contre 455 qui ont voté pour, lors d’un référendum interne très suivi (977 votants sur 1011 inscrits).

Contre les 10,5 jours de RTT, la direction proposait une augmentation de salaire de 2,625% (soit +0,25% par jour rendu). "Cela représente la moitié de la valeur réelle d’une journée", assure un membre de la CFDT, premier syndicat de Visteon-Charleville et favorable au rachat. "Le but ultime est de garder des emplois", ajoute-t-il.

La direction justifiait sa proposition par la possibilité d’obtenir un nouveau marché de climatiseurs pour Ford et de maintenir au total quelque 800 emplois sur le site dans quelques années.

La même direction avait déjà annoncé en octobre la suppression de 314 emplois (dont une centaine de CDI) à l’horizon 2008 sur un total de quelque 1.200, en invoquant notamment des difficultés liées à la concurrence avec les pays de l’Est.

Le référendum a divisé les syndicats. La CFDT et la CFE-CGC ont soutenu le principe du rachat des RTT. Deuxième syndicat du site, la CFTC a dit non : "Nous sommes pour les 35 heures effectives : on rend nos 20 RTT et nous faisons 35 heures par semaine, c’est ce que nous avions proposé", selon Jean-Philippe Dourche, délégué du personnel et membre CFTC du CE, en affirmant que "l’entreprise fait 60 millions de bénéfice".

"Nous sommes déçus par le vote. L’enjeu est simple : être compétitif", a indiqué à l’AFP le directeur du site Eric Codron.

A l’annonce des résultats mardi matin, les cadres et assimilés ont fait signer une pétition contre le résultat de la consultation interne.

"Il faut sauver l’entreprise. On n’a pas le choix. Le marché automobile n’est pas florissant", a commenté un technicien non syndiqué de 52 ans.

"J’acceptais de perdre quelques RTT et de gagner du travail sur quelques années. J’ai répondu oui pour sauvegarder 250 à 300 emplois", affirme Moncef Zouayed, 57 ans, agent administratif, tandis qu’un jeune cadre de 3O ans estime que "les 35 heures n’ont pas prouvé qu’elles apportaient de l’emploi".

Lors d’un CE mardi, la CFDT et la CFE-CGC ont avancé de nouvelles propositions, à savoir moduler le rachat des RTT en fonction de la pénibilité du travail : trois jours et demi en 2007 notamment pour les ouvriers travaillant en 3X8 "afin de favoriser le repos sur les emplois les plus pénibles", et cinq jours et demi en 2007 pour les autres catégories de personnels.

La direction a indiqué qu’elle allait chiffrer cette nouvelle proposition. Une nouvelle réunion est prévue mercredi à 14H00.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !